La Liberté

«Moi aussi je suis une battante»

Jil Teichmann est venue à bout de Victoria Azarenka. Belinda Bencic a été éliminée par Leylah Fernandez

Jil Teichmann a vraiment du tempérament. © Keystone
Jil Teichmann a vraiment du tempérament. © Keystone
Publié le 28.05.2022

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Tennis » Jil Teichmann a admirablement réussi là où Belinda Bencic a échoué. Alors que la Saint-Galloise s’est fait éliminer au troisième tour à Roland-Garros, sa compatriote s’est qualifiée de très haute lutte. Teichmann (WTA 24) a su faire preuve de ressources presque insoupçonnées pour battre l’ex-No 1 mondial Victoria Azarenka, 4-6 7-5 7-6 (10/5) au terme d’une bataille de tous les instants qui aura duré 3h18’. Le match ne fut pas toujours d’une grande qualité technique (101 fautes directes à l’addition des deux joueuses), mais il a été riche en émotions et en rebondissements.

Jil Teichmann a vraiment du tempérament. Après une fin de premier set qu’elle a gâchée en se montrant trop timide, et une deuxième manche mal embarquée, la plus Catalane des Biennoises a redressé la tête, allant chercher davantage de points au filet. Là où sa patte de gauchère fait régulièrement la différence.

Savoir être patiente

Son mérite est d’autant plus grand que la Bélarusse (No 15) n’a rien lâché. Mais Teichmann a su être patiente pour profiter aussi de la fatigue de sa rivale, qui avait déjà passé près de 5 h sur les courts sur ses deux premiers matches. «Je savais que Victoria était une battante... mais moi aussi!» a lâché au micro la souriante et malicieuse Suissesse, bien soutenue par le public.

C’était la première fois que Teichmann (WTA 24) disputait un troisième tour en grand chelem. A fortiori, son huitième de finale sera pour elle une grande première, face à l’Américaine Sloane Stephens (WTA 64), qui s’est défaite de la Française Diane Parry (6-2 6-3). Et là, la Suissesse partira franchement avec les faveurs de la cote. Son jeu est hypercomplet, et sa condition physique semble au top. De surcroît, la façon dont elle a su retourner la situation dans son match d’hier montre qu’elle a a un mental de championne. La terre battue, comme l’indique sa récente demi-finale à Madrid, lui permet d’exprimer au mieux son jeu varié.

Belinda Bencic (WTA 14) est, elle, passée à côté d’une victoire à sa portée. La championne olympique a subi la loi de la Canadienne Leylah Fernandez (WTA 18), victorieuse en trois sets, 7-5 3-6 7-5. La Saint-Galloise (24 ans) a perdu ce duel acharné de près de trois heures. Elle s’est mise en difficulté en ne convertissant pas les deux balles de set qu’elle a eue sur son service dans la première manche, à 5-4 40/15.

Bencic s’est reprise en dominant le deuxième set, puis en poursuivant sur sa lancée pour mener 2-0 40/15 au troisième. Mais elle n’a pas su enfoncer le clou. Elle a eu un sursaut en faisant le break alors que son adversaire servait pour le match à 5-4. Mais dans la foulée, la Canadienne, finaliste de l’US Open 2021, a réussi à reprendre le service de Bencic avant de conclure. Bencic a armé 42 coups gagnants et commis 18 fautes directes durant ce match. Au total, elle a inscrit presque le même nombre de points que Leylah Fernandez (109-112), et toutes deux ont bénéficié de 13 balles de break et en ont converti 6. Au final, un sentiment de gâchis prédomine. Bencic avait les moyens de se hisser pour la première fois en huitièmes de finale Porte d’Auteuil. ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11