La Liberté

Federer sait où il va: objectif Londres

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Dans le huis clos du court Philippe-Chatrier, Roger Federer a dû parfois se sentir seul, samedi soir à Roland-Garros. © Keystone
Dans le huis clos du court Philippe-Chatrier, Roger Federer a dû parfois se sentir seul, samedi soir à Roland-Garros. © Keystone
Partager cet article sur:
07.06.2021

Le Bâlois de 39 ans a décidé de se retirer de Roland-Garros pour mieux se préserver pour Wimbledon

Pierre Salinas

Tennis » Il était 0 h 43, samedi soir ou dimanche matin, selon que l’on soit couche-tard ou lève-tôt, quand Roger Federer (ATP 8) a achevé son pensum. Dans la noirceur de Roland-Garros, devant les tribunes désespérément vides – couvre-feu oblige – du court Philippe-Chatrier, sur une terre battue rendue lourde par la fraîcheur et l’humidité ambiantes et face à un Dominik Koepfer (ATP 57) qui lui a rendu coup pour coup, l’homme aux 20 titres du grand chelem a souffert trois heures et demie durant. Et pourtant…

Pourtant, à bientôt 40 ans, le Bâlois s’est accroché comme un enfant s’accroche à sa première raquette. Il a râlé, pesté et exhumé des «komm jetzt (littéralement: allez maintenant!)» qu’on ne lui avait jamais autant entendu prononcer que depuis ses retours

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00