La Liberté

«Nous n’abattons jamais par plaisir»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Gerardo Tortorella, forestier du triage de la Bourgeoisie de Fribourg, explique pourquoi des arbres ont dû être coupés dans la forêt de Bioleire, entre Noréaz et Chésopelloz. © Alain Wicht
Gerardo Tortorella, forestier du triage de la Bourgeoisie de Fribourg, explique pourquoi des arbres ont dû être coupés dans la forêt de Bioleire, entre Noréaz et Chésopelloz. © Alain Wicht
Partager cet article sur:
16.05.2021

Propriétaire de vastes forêts, la Bourgeoisie de Fribourg explique pourquoi elle coupe des végétaux

Patrick Chuard

Exploitation forestière » Où sont passés les arbres? Comme de nombreux promeneurs, Jean-Maurice Rappaz s’est posé cette question en marchant dans la forêt de Bioleire, entre Noréaz et Chésopelloz. Les végétaux ont été abattus récemment sur une surface d’environ un demi-hectare. «Pourquoi faire des coupes rases au lieu de laisser agir la nature?», demande le retraité de Fribourg, qui aime venir faire de la photographie animalière dans les parages.

«Ce n’est pas vraiment une coupe rase, car ce terrain va être replanté», assure Gerardo Tortorella, le forestier de ce triage appartenant à la Bourgeoisie de la ville de Fribourg. «Nous préférons attendre l’automne pour replanter afin d’épargner une éventuelle sécheresse estivale aux jeunes arbres. Si nous avons fai

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00