La Liberté

Au commencement est le cadavre

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
«La première chose que je fais, c’est poser le titre», explique Michel Niquille, qui dégaine régulièrement. © Alain Wicht
«La première chose que je fais, c’est poser le titre», explique Michel Niquille, qui dégaine régulièrement. © Alain Wicht
Partager cet article sur:
06.01.2021

Depuis quatre ans, Michel Niquille signe polar sur polar. Une pelote qu’il n’a pas fini de dérouler

Stéphane Sanchez

Bulle » La pandémie a pour ainsi dire muselé son deuxième polar, sorti sans bruit en mars dernier. Mais elle n’a pas attaqué le mordant de Michel Niquille, 67 ans. L’auteur gruérien continue d’aligner les titres: après Poker d’as sur Pérolles et Coucherie au Guintzet – deux récits courts, après Du sang sur le Moléson et La crucifiée de la Verguenaz, il travaille d’arrache-pied à son troisième roman à paraître avant mai 2021, La tête dans la sciure. Une histoire de décapitation. Sordide, forcément.

«Le côté sombre nous libère parfois de nos chimères»

Michel Niquille

La nouvelle vocation du Gruérien se confirme et intrigue. La plume a certes accompagné

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00