La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Traduire Novarina, ou comment résister au babil globalisé

Publié le 02.07.2022

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Langues » Avec pour terrain de jeu l’œuvre théâtrale de Valère Novarina, La république des traducteurs met en lumière ce geste à la fois rigoureux et jubilatoire de la traduction.

«Nous reposons sur le langage autant que sur la terre», écrit Valère Novarina en son Journal de travail. Et pour transposer d’un terreau à l’autre ce verbe-racine, le laisser ailleurs devenir culture, il y a les traducteurs. Une valeureuse congrégation de passeurs à qui l’on doit d’«exprimer la mondialisation qui ne passe plus par un anglais globalisé» mais bien par un entrelacs de langues, comme le soulignent Marco Baschera et Constantin Bobas dans leur avant-propos à cet ouvrage qui est une fête du langage. Le livre sera présenté en octobre à la Maison Rousseau et littérature de Genève.

Car

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Un regard sur la guerre

    Evgenia Belorusets » L’écrivaine et photographe publie la chronique qu’elle a tenue du premier jour de l’attaque russe à son départ de Kiev début...
  • pictogramme abonné La Liberté Un home invisible

    Plusieurs romans mettent en scène des héros du troisième âge plutôt funky. Notre sélection de seniors en or pour passer un bon mois d’août
  • pictogramme abonné La Liberté Une inextinguible soif de vengeance

    Émoi adolescentClaque littéraire originelle, découverte d’univers artistiques inconnus, les journalistes culturels de La Liberté se souviennent de leur premier...
  • pictogramme abonné La Liberté Vengeance ou pardon

    Roman » Dans Tu seras mon père, le Genevois Metin Arditi aborde le terrorisme en Italie durant les années 1980. Renato, le personnage principal, a sept ans...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11