La Liberté

«Vamos!», ou pourquoi Nadal est le GOAT

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
L’autre jour au Geneva Open, le Norvégien Casper Ruud s’est encouragé en espagnol. © Keystone
L’autre jour au Geneva Open, le Norvégien Casper Ruud s’est encouragé en espagnol. © Keystone
Partager cet article sur:
29.05.2021

Pierre salinas

Chronique

Vraiment, il a dit «vamos»? Les ralentis sont formels: l’autre jour au Geneva Open, Casper Ruud a serré le poing et lâché, face caméra, un «vamos» du plus bel effet. «Vamos», comme dans le tube de l’été 1983 «Vamos a la playa oh, owoh oh oh», texte d’apparence très simple qui se veut pourtant un pamphlet contre l’arme atomique, selon ses auteurs… italiens. Si si!

Des chansonniers italiens qui écrivent «vamos». Mais où va-t-on? Mises bout à bout, les lettres V, A, M, O et S ne forment-elles pas un mot espagnol qui, utilisé dans son plus simple appareil, sans sujet ni complément, signifie littéralement: «Allez!» ou «Allons». Pour rappel, Casper Ruud est Norvégien, né à Oslo le 22 décembre 1998. Par quel mystère un Norvégien né à Oslo le 22 décembre 1998 et pour qui bronzer relève du sacerdoce s’encourage-t-il en criant «vamos»? La réponse tient en un nom propre: Nadal, Rafael Nadal, prophète majorquin qui a transmis la bonne parole aux quatre coins du monde et dans l’ac

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00