La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le crop top est partout, mais il ne sort pas de nulle part

De ses origines en Orient à sa démocratisation, le haut court qui dévoile ventre et nombril fascine

Pour les étudiantes en filière Costume de l’Ecole de couture de Fribourg, il faut arrêter de sexualiser cette pièce de vêtement qu’est le crop top. © Charly Rappo
Pour les étudiantes en filière Costume de l’Ecole de couture de Fribourg, il faut arrêter de sexualiser cette pièce de vêtement qu’est le crop top. © Charly Rappo

Claire Pasquier

Publié le 26.06.2023

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Mode » Plébiscité par les ados, jugé parfois inapproprié dans les salles de classe, le crop top est surtout devenu un essentiel de la garde-robe estivale féminine – une promenade sur le Boulevard de Pérolles suffit pour s’en assurer. Pourquoi ce bête t-shirt court suscite-t-il autant le débat? «Le crop top fait écho à la minijupe des années 1960. Le parallèle? Ce sont des pièces de vêtement qui provoquent puisque tout à coup on montre du corps», souligne Thierry Dafflon, costumier et enseignant à l’Ecole de couture de Fribourg. Après le genou, le nouveau point de bascule et de crispation est donc le nombril.

Son apparition ne date pourtant pas d’hier. En Occident, le crop top aurait été montré pour la première fois en 1893, lors d’un spectacle de danseuses du ventre é

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11