La Liberté

Le Conseil des Etats donne son feu vert à l'achat des F-35A

L'achat du jet américain F-35A sera au centre des discussions ce jeudi (archives). © KEYSTONE/URS FLUEELER
L'achat du jet américain F-35A sera au centre des discussions ce jeudi (archives). © KEYSTONE/URS FLUEELER
L'achat du jet américain F-35A sera au centre des discussions ce jeudi (archives). © KEYSTONE/URS FLUEELER
L'achat du jet américain F-35A sera au centre des discussions ce jeudi (archives). © KEYSTONE/URS FLUEELER


Publié le 02.06.2022
Partager cet article sur:


L'armée doit pouvoir acheter les nouveaux avions de combat F-35A et un système de défense sol-air. Le Conseil des Etats a approuvé jeudi les crédits de plus de 9,5 milliards destinés à l'armée, dont les six milliards pour l'achat du jet américain.

Les 36 nouveaux avions de l'américain Lockheed Martin coûteront 6,035 milliards de francs. Le prix a été négocié avec le gouvernement américain et est définitif. 120 millions de francs sont nécessaires pour les mesures de construction liées aux avions.

Ces avions doivent remplacer les F/A-18 et les Tiger dont l'espérance de vie arrive à terme en 2030, a rappelé Werner Salzmann (UDC/BE) au nom de la commission. La Suisse a besoin de ces nouveaux jets et le peuple a déjà donné son accord à un achat en septembre 2020.

Le F-35A a obtenu les meilleurs résultats lors des évaluations, a souligné le Bernois. Il demande moins d'heures d'entraînement en vol. Le nombre de décollages et d'atterrissages sera divisé par deux, a précisé M. Salzmann. La consommation de kérosène et les émissions de CO2 diminueront d'un quart. C'est le seul choix qui s'imposait, a souligné Charles Juillard (Centre/JU).

Trop coûteux

La gauche a vainement tenté de mettre des bâtons dans les roues au projet. Carlo Sommaruga (PS/GE) aurait voulu renvoyer le projet au Conseil fédéral et attendre les rapports de commission et du contrôle fédéral des finances en cours. Céline Vara (Vert-e-s/NE) a rappelé qu'une initiative populaire s'oppose à cet avion et que les signatures devraient être déposées cet été.

De plus, le coût de l'avion est plus conséquent que ce qui est cité. Et de mentionner notamment le coût du kérosène. Le prix du pétrole ne cesse d'augmenter, au-delà des aléas géopolitiques, a avancé la Neuchâteloise. Par ailleurs, la Suisse devra participer aux coûts engendrés par la réparation des 845 défauts identifiés. "Un petit chiffre pour un système aussi complexe", a contré la ministre de la défense Viola Amherd.

Selon Mme Vara, le surcoût total se monte à 25 milliards sur trente ans. "Où prendrons-nous cet argent?" Et Mme Amherd de lui répondre que les Pays-Bas, qui exploitent déjà l'avion, respectent le budget prévu. "Ils n'ont pas eu de mauvaises surprises", a-t-elle argué. De plus, la Suisse ne paiera pas plus que le prix qui a été négocié, a-t-elle assuré. Au final, le crédit a été soutenu par 35 voix contre 8.

Signature des contrats

Au grand dam de la gauche, la Chambre des cantons demande que le Conseil fédéral signe les contrats avec les Etats-Unis avant l'expiration du délai de l'offre le 31 mars 2023. L'initiative "Stop F-35" n'a pas d'effet d'ajournement, a rappelé M. Salzmann.

En cas de dépassement du délai, la Suisse devra demander une nouvelle offre et cela coûtera plus cher, a souligné Mme Amherd. Par ailleurs, la Suisse perdra ses créneaux de productions et devra attendre encore plusieurs années avant d'avoir ses avions puisque d'autres pays ont déjà commandé le jet.

Daniel Jostisch (PS/ZH) a pour sa part rappelé que le Conseil fédéral lui-même avait indiqué dans son message sur l'armée qu'il attendrait une éventuelle votation sur l'initiative avant de signer les contrats avec les Etats-Unis.

Système Patriot

Cinq unités de feu du système de défense-sol air Patriot complètent le dispositif aérien. Le coût s'élève à 1,987 milliard de francs. Une enveloppe de 66 millions est nécessaire pour trois nouveaux bâtiments d'instruction et pour l'infrastructure de stockage. Les sénateurs ont unanimement dit oui.

Là aussi, le système américain a été préféré aux autres candidats. Il est efficace sur les très longues distances. Ses capteurs à longue portée améliorent aussi l'image de la situation aérienne. De plus, ce système engendre des coûts moins élevés sur toute sa durée d'utilisation.

Le système Patriot permet de couvrir de grandes régions depuis quelques positions. Il allégera également la tâche des avions de combat.

Tiger

Par 24 voix contre 18, les sénateurs se sont battus pour le maintien des 25 F-5 Tiger. "Il ne s'agit pas de n'importe quel avion", a rappelé Alex Kuprecht (UDC/SZ). "C'est l'avion de la Patrouille suisse et ainsi une figure de proue pour l'ensemble de l'armée."

Pour Mathias Zopfi (Vert-e-s/GL), cet avion de nostalgie n'est plus apte à assurer la protection de la population, argument avancé par la droite pour acquérir les F-35A. De plus, les moyens libérés par la mise hors-service des Tiger pourraient profiter à d'autres domaines. "Nous pouvons trouver de meilleures alternatives pour la Patrouille suisse."

"Une carte postale vaut-elle 20 millions de francs?", a lancé Philippe Bauer (PLR/NE). "Je préfère utiliser ces millions pour acheter du matériel et des munitions."

Les Tiger ne peuvent être utilisés que pour les entraînements ou, par beau temps, pour le service de police aérienne, a argumenté Mme Amherd.

Calendrier revu

En raison de la guerre en Ukraine et du changement de la situation du point de vue sécuritaire, le débat du Conseil des Etats a été avancé. Le National empoignera le dossier en automne. Et les éventuelles divergences seront également traitées lors de la session de septembre. Ce nouveau calendrier permet de respecter le délai des offres qui échoit au 31 mars 2023.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11