La Liberté

La Chine en deuil après le décès de l'ex-président Jiang Zemin

Le jour des funérailles de l'ex-président n'est pas encore fixé. © KEYSTONE/EPA/JEROME FAVRE
Le jour des funérailles de l'ex-président n'est pas encore fixé. © KEYSTONE/EPA/JEROME FAVRE
Les drapeaux ont été mis en berne à Pékin après le décès de Jiang Zemin. © KEYSTONE/AP/Ng Han Guan
Les drapeaux ont été mis en berne à Pékin après le décès de Jiang Zemin. © KEYSTONE/AP/Ng Han Guan


Publié le 01.12.2022
Partager cet article sur:


La dépouille de l'ex-président chinois Jiang Zemin est arrivée jeudi soir à Pékin, au lendemain de son décès. Les habitants lui rendaient hommage un peu partout en Chine, notamment dans sa ville natale Yangzhou.

Un avion affrété spécialement a transporté le corps depuis Shanghai, où l'ancien dirigeant, au pouvoir de 1989 à 2003, est décédé mercredi à 96 ans d'une leucémie et d'une défaillance de plusieurs organes, selon les médias d'Etat. L'actuel président Xi Jinping était présent à son arrivée, selon l'agence Chine Nouvelle.

Une cérémonie commémorative sera organisée mardi prochain au palais du Peuple à Pékin, a annoncé la télévision d'Etat CCTV. "Elle sera retransmise en direct et les régions et départements doivent faire en sorte que la majorité des membres et cadres du parti, ainsi que de la population, écoutent et regardent", a-t-elle précisé.

Trois minutes de silence seront observées ce jour-là dans l'ensemble du pays, les drapeaux seront en berne et les activités récréatives suspendues.

"Bon voyage, vieux camarade"

A Shanghaï, une foule de baudauds se sont rassemblés près de l'hôpital où Jiang Zemin serait décédé. Des photos envoyées à l'AFP par un riverain ont montré un groupe de personnes alignées sur le trottoir et portant des chrysanthèmes. L'une d'elles portait une banderole disant "Fais un bon voyage, vieux camarade de classe".

Dans la ville natale de Jiang Zemin, Yanghzou (est), des centaines de personnes se sont rassemblées dans la soirée pour rendre hommage à l'une des figures les plus célèbres de la cité. Beaucoup faisaient la queue pour déposer des bouquets de chrysanthèmes blancs devant son ancien domicile, certains s'agenouillant ou prononçant de courtes prières, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"C'était un très bon dirigeant. Il a grandement contribué à améliorer la vie des gens à Yangzhou", a déclaré un habitant. Li Yaling, une femme d'une soixantaine d'années, a salué un "grand dirigeant, patriote et positif" qui a apporté "le développement économique (...) Nous l'admirions beaucoup et nous ressentons une grande perte et de la nostalgie maintenant qu'il est parti".

Une fleuriste à proximité a confié qu'elle avait "arrêté de compter" le nombre de bouquets de chrysanthèmes vendus jeudi. Des agents de sécurité, poliment mais fermement, faisaient signe aux groupes de personnes en deuil de s'éloigner de l'édifice, semblant vouloir éviter tout rassemblement après les manifestations survenues le week-end dernier contre les restrictions sanitaires.

Un héritage qui divise

Les Chinois restent partagés quant à l'héritage laissé par Jiang Zemin. Si nombre d'entre eux se souviennent d'un dirigeant jovial et plein d'humour, ayant apporté un vent d'air frais à une direction communiste souvent étriquée, d'autres n'oublient pas que, sous son mandat, la corruption, les inégalités et la répression des militants politiques ont nettement augmenté.

Une fois à la retraite, il a toutefois été vu avec tendresse par ses fans chinois des générations Y (nés entre le début des années 1980 et la fin des années 1990) et Z (fin des années 1990 à 2010). Ceux qui s'appelaient eux-mêmes les "fidèles du crapaud" étaient fascinés par sa contenance rappelant le batracien et ses manies excentriques.

A Hong Kong aussi, des centaines de personnes ont fait la queue jeudi soir devant le Bureau de Liaison entre l'île et la Chine continentale, pour déposer des chrysanthèmes et se recueillir à la mémoire de l'ancien président chinois. "Il avait fait en sorte que l'économie de marché fasse partie du courant dominant en Chine (...) Sans cela, il n'y aurait aucun espoir pour la démocratie", a dit Edward, un jeune Chinois de 26 ans.

"Grand-père Jiang"

En l'espace d'une heure mercredi, plus d'un demi-million de personnes avaient commenté une publication de CCTV annonçant le décès sur la plateforme Weibo, l'équivalent chinois de Twitter. Beaucoup désignaient l'ancien leader comme "grand-père Jiang".

Les médias d'Etat et entreprises publiques avaient eux basculé leurs sites internet en noir et blanc, de même que certaines applications comme Alipay, Taobao ou encore McDonald's.

Hommages à l'étranger

Le président russe Vladimir Poutine a été l'un des premiers dirigeants étrangers à rendre hommage à Jiang Zemin, un "ami sincère" de la Russie et "un homme d'Etat exceptionnel". Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a lui qualifié M. Jiang de "défenseur inébranlable de l'engagement international" de son pays, et a loué sa "chaleur humaine" et son "ouverture d'esprit".

Dans les colonnes de 24 Heures et de la Tribune de Genève, l'ancien conseiller fédéral Adolf Ogi s'est souvenu d'un dirigeant au "tempérament d'animal politique". "Tout ce qu'il a fait pour la Chine est extraordinaire. Grâce à lui, le pays est devenu le numéro deux de l'économie mondiale", a-t-il souligné.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11