La Liberté

Attaques au Canada: un des frères, seul responsable des meurtres

Myles Sanderson avait été appréhendé après une vaste chasse à l'homme qui a duré quatre jours. Il était mort peu après son arrestation (archives). © KEYSTONE/AP/Heywood Yu
Myles Sanderson avait été appréhendé après une vaste chasse à l'homme qui a duré quatre jours. Il était mort peu après son arrestation (archives). © KEYSTONE/AP/Heywood Yu


Publié le 07.10.2022
Partager cet article sur:


Myles Sanderson, l'un des deux frères suspectés d'avoir perpétré les attaques au couteau dans le centre du Canada au début septembre, a commis seul tous les meurtres, a annoncé jeudi la police. Onze personnes avaient été tuées.

Son frère, Damien Sanderson, avait été présenté au départ comme le deuxième suspect avant que l'on retrouve son corps près de l'une des scènes de crime. "Myles a commis, seul, tous les homicides", a déclaré la commissaire adjointe de la gendarmerie royale du Canada.

Dix-huit autres personnes avaient été blessées dans ces attaques survenues le 4 septembre dans des localités reculées de la Saskatchewan, la communauté autochtone de James Smith Cree Nation et le petit village voisin de Weldon.

Myles Sanderson avait été appréhendé après une vaste chasse à l'homme qui a duré quatre jours. Il était mort peu après son arrestation.

"Damien a participé à la planification des attaques", mais "n'est impliqué dans aucun des meurtres", a encore affirmé la commissaire, qui a précisé que l'enquête se poursuivait pour comprendre pourquoi certaines victimes avaient été visées.

Les policiers ont pu établir que Myles et Damien Sanderson avait vendu de la drogue dans la communauté la veille des attaques et qu'ils étaient impliqués dans "trois altercations violentes" récentes.

Connu des services de police et de la justice pour de multiples faits de violence et des vols, Myles Sanderson était déjà recherché depuis mai dernier pour ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire.

La quasi-totalité des victimes, âgées de 23 à 78 ans, sont des Autochtones. Ceux-ci représentent environ 5% des 38 millions d'habitants du Canada et vivent dans des communautés souvent frappées par le chômage et la pauvreté. Ils sont aussi plus souvent victimes d'homicides.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11