La Liberté

Broye-Vully: la cabane du Canada


Partager cet article sur:

La maison canadienne tant attendue est arrivée! Après un voyage en mer, elle a débarqué du bateau à Anvers. Les deux longs conteneurs de 12 m qui la transportent sont montés sur le train, direction la douane à Bâle avant d’être acheminés par camion sur les contreforts de Vully. A l’ouverture du premier conteneur de 75 m3, sous les yeux du propriétaire sur le point de réaliser son rêve, une forte odeur inhabituelle se dégage. C’est le cèdre! Hormis cet aspect olfactif, cette essence de bois a pour réputation d’être imputrescible, résistante aux champignons et aux insectes.

Sont obtenus à partir du conifère rouge, qui pousse de préférence dans les régions occidentales de l’Amérique du Nord, des troncs, des rondins et des billes coupées, taillées, ajustées avec goût par des artistes virtuoses de la tronçonneuse. Ces charpentiers canadiens ont œuvré durant plus de trois mois pour créer cette maison. Car la structure est réalisée une première fois sur place dans les montagnes. Puis démontée et ajustée pour voyager dans les deux conteneurs.

A l’arrivée, le déchargement se fait par l’ouverture supérieure, d’où une grue sort une à une ces pièces de bois numérotées. Place enfin aux charpentiers suisses qui, tels des acrobates agiles, vont assurer l’ultime assemblage de ce puzzle de rondins. Parfois un judicieux coup de masse est nécessaire pour positionner le bois. Mais comme toutes les coupes sont parfaites, le montage de la structure progresse avec facilité.

Le lendemain à 7 h, le deuxième transporteur livre le solde de la cargaison. Le jour suivant, lui, est réservé à la pose des chevrons ainsi qu’à la sous-toiture. Bref, en trois jours, la maison est «hors d’eau» comme disent les professionnels. Le traditionnel sapin décoré, emblème de la fin du gros œuvre, est alors installé sur le faîte du toit.


Les voisins, les amis, les curieux font plusieurs passages pour lorgner ce spectacle inhabituel… La critique est bienveillante. Comme cette maison a pour voisin un vieux et respectable chalet de bois, ils pourront ensemble partager leurs craquements. Pendant le montage, une autre entreprise installait déjà un échafaudage périphérique métallique. Une structure utile pour de futurs travaux extérieurs, mais pas vraiment un cadeau pour le photographe. Celui-ci reviendra ce printemps à la floraison des géraniums ou peut-être cet hiver lorsque le propriétaire sortira… en motoneige! Il faut dire qu’il le connaît bien: c’est son fils.

 

 

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11