La Liberté

Le PLR se cherche une (co)présidence

Partager cet article sur:
26.07.2021

Johanna Gapany indique avoir demandé un temps de réflexion concernant une éventuelle candidature

Sevan Pearson

Partis » Johanna Gapany (33 ans) sera-t-elle candidate à la coprésidence du PLR suisse? C’est en tout cas ce que laisse entendre l’édition d’hier du Matin Dimanche. Jointe par La Liberté, la Gruérienne ne dévoile pas grand-chose de ses intentions. «J’ai été contactée par la commission de sélection du PLR et j’ai demandé un temps de réflexion, explique-t-elle. Le délai est fixé au 15 août, selon la procédure déjà communiquée.»

C’est en effet jusqu’à cette date que les candidats potentiels ont la possibilité de s’annoncer. La conseillère aux Etats fribourgeoise ajoute: «Pour l’heure, je n’ai pas plus d’informations à donner, si ce n’est évidemment qu’il s’agit d’une fonction passionnante et extrêmement importante pour le parti.»

Marcel Dobler candidat

Une autre élue romande est mentionnée dans l’article du Matin Dimanche. La conseillère nationale vaudoise Jacqueline de Quattro (61 ans) a en effet annoncé en juin envisager une candidature, «pour autant que le PLR se profile avec une stratégie claire». Egalement contactée par La Liberté, elle se contente d’indiquer que «des discussions sont en cours» et qu’elle n’a «rien de plus à communiquer», avant de préciser: «Nous cherchons la meilleure solution pour le parti.»

C’est que le PLR se cherche une nouvelle (co)présidence. Dans une interview publiée samedi dans les journaux alémaniques de CH-Media, le conseiller national saint-gallois Marcel Dobler a annoncé sa candidature. Cependant, il exclut de prendre seul la tête du parti, pour des questions de temps, mais aussi en raison de ses connaissances en français qui, selon lui, nécessitent une amélioration. Il souhaite continuer à être actif en tant qu’entrepreneur, ajoute-t-il.

Ticket unique ou à deux?

Elu au Conseil national en 2015, Marcel Dobler (40 ans), qui siège notamment dans la Commission des affaires sociales et de la santé, aimerait diriger le PLR avec un ou une coprésident(e) romand(e). Il reste muet sur la personne envisagée: «Je ne dis pas avec qui j’explore le terrain.» Si un tel ticket à deux ne se matérialise pas ou s’il existe une meilleure candidature unique, le Saint-Gallois assure qu’il renoncera à se présenter. Le conseiller national indique avoir été approché par la commission de sélection.

Parmi les autres papables romands, le Valaisan Philippe Nantermod, papa depuis peu et cité par Le Matin Dimanche, a déjà renoncé à briguer la fonction, car la présidence n’est pas compatible «avec la vie de famille». En revanche, il y aurait deux candidats argoviens: le sénateur Thierry Burkart et le conseiller national Matthias Jauslin.

L’élection le 2 octobre

Le PLR élira une personne pour succéder à la présidente démissionnaire Petra Gössi le 2 octobre. La commission de sélection est présidée par Saskia Schenker, présidente du PLR de Bâle-Campagne.

Après cinq ans à la tête du PLR, Petra Gössi a annoncé le 14 juin qu’elle quitterait la présidence du parti à la fin de l’année. La conseillère nationale schwytzoise veut se concentrer davantage sur sa carrière professionnelle. Elle continuera à siéger au parlement. Avec l’ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00