La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Conseil de l’Europe: Les soutiens d’Alain Berset affichent une confiance fébrile

Le Fribourgeois brigue mardi le poste de secrétaire général du Conseil de l’Europe. L’absence d’une partie des Français et des Britanniques n’est pas une bonne nouvelle.

Alain Berset a profité du sommet du Bürgenstock pour faire campagne. © Keystone
Alain Berset a profité du sommet du Bürgenstock pour faire campagne. © Keystone

Guillaume Chillier

Publié le 19.06.2024

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Dans l’air, une fébrilité nouvelle. Après un dimanche soir chahuté, l’inquiétude est venue chasser l’optimisme qui flattait les soutiens suisses à la candidature d’Alain Berset au poste de secrétaire général du Conseil de l’Europe. «Le timing de cette nouvelle n’est certes pas idéal, mais il ne faut pas non plus en exagérer l’impact», note le conseiller national Damien Cottier, membre de la délégation. Cette nouvelle, mauvaise, est venue directement de l’Elysée, quand le président français Emmanuel Macron a soudainement annoncé la dissolution de l’Assemblée nationale, dimanche 9 juin.

Aujourd’hui, les députés français ne sont plus élus. La loi leur interdit toute activité politique avant les élections législatives nationales des dimanches 30 juin et 7 juillet. Or, la France est forte à l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, qui élira le secrétaire général: sa délégation comprend 18 représentants actifs, le maximum. Une part importante de ces voix était acquise à Ala

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11