La Liberté

Le long chemin de la reconnaissance

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Pour le ski-alpinisme (ici Rémi Bonnet devant Werner Marti), le chemin vers l'olympisme est encore long et semé d'embûches. © CAS/Florent Delaloye
Pour le ski-alpinisme (ici Rémi Bonnet devant Werner Marti), le chemin vers l'olympisme est encore long et semé d'embûches. © CAS/Florent Delaloye
Partager cet article sur:
31.01.2021

Entre manque de visibilité et rêve olympique, le ski-alpinisme peine toujours à faire sa place

Patrick Biolley, Verbier

Ski-alpinisme » Il y a d’abord eu la perspective olympique de 2018, à PyeongChang, avortée en raison des délais trop courts pour faire du ski-alpinisme une discipline de démonstration. La fédération internationale a ensuite mis le cap sur Pékin et ses Jeux de 2022. Elle avait même organisé deux manches de Coupe du monde dans la «fricasse» (jusqu’à – 20 °C) de Wanlong, à 200 km au nord de la capitale. Mais l’idée avait été abandonnée par le Comité olympique chinois. C’est désormais vers Cortina et les JO de 2026 que le rêve olympique du ski-alpinisme se tourne. «L’Italie est une terre de ski en général, mais de ski-alpinisme en particulier. Nous avons là une occasion sûrement unique pour que cette discipline devienne olympique», explique Roberto Cavallo, directeur g

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00