La Liberté

Une dure leçon pour la Suisse

Marcel Noebels inscrit son tir au but face à Leonardo Genoni: la Suisse est éliminée des mondiaux. © Keystone
Marcel Noebels inscrit son tir au but face à Leonardo Genoni: la Suisse est éliminée des mondiaux. © Keystone
Partager cet article sur:
04.06.2021

La sélection de Patrick Fischer a perdu aux tirs au but contre l’Allemagne en quart de finale des mondiaux

Hockey sur glace » Bis repetita. Les Suisses ont à nouveau vécu une désillusion en quarts de finale des mondiaux à Riga en perdant cette fois aux tirs au but et non en prolongation comme il y a deux ans à Kosice.

Face au Canada, il avait manqué 0,4 seconde pour valider une qualification en demi-finales. En Lettonie, ce fut 44 secondes. Comme en Slovaquie, la pilule est amère. «C’est clairement une dure leçon, nous devons maintenant attendre près d’un an pour notre prochaine chance (les JO de Pékin, ndlr), détaille Patrick Fischer. Mais nous avons fait un bon tournoi dans l’ensemble. Je pense que nous avons fait un pas en avant par rapport au mondial 2019. Nous avons mieux joué et j’espère que nous pourrons faire de même la prochaine fois.»

Deux buts d’avance

La défaite est d’autant plus rageante que les Suisses ont pu prendre deux buts d’avance à la 34e à la suite du but d’Herzog. Mais une erreur de Siegenthaler à la 38e allait offrir à Kühnhackl cette réduction du score tant espérée par les joueurs de Toni Söderholm. «Nous savions que cela serait pénible, analyse le coach helvétique. Les Allemands ont scellé la zone neutre et ont enlevé le tempo de notre jeu. Mais en marquant le 1-0, c’est allé un peu mieux. Ce 2-1 avant la fin de la deuxième période a été un «tueur» pour nous. Jusque-là, l’Allemagne n’avait pratiquement eu aucune occasion de marquer. Ce but leur a donné un coup de pouce. Et on peut dire que ce n’était certainement pas notre meilleur match avec le puck.»

Si les Allemands ont dominé 40 à 22 au niveau des tirs, plus d’une trentaine ne furent pas dangereux pour Genoni. «Nous avons peut-être été trop passifs une ou deux fois, avoue le capitaine Raphael Diaz. Mais à mon avis, nous avons également été solides au cours du dernier tiers. Nous n’avons pratiquement concédé que des tirs en périphérie, nous avons été agressifs et nous avons bien sorti le disque de notre zone. Cette égalisation fut extrêmement dure à avaler.»

Occasion manquée

Il s’agit donc de la troisième défaite d’affilée dans un match à élimination directe contre l’Allemagne après le 1-0 en quarts de finale des mondiaux en 2010 et le 2-1 ap en huitièmes de finale des JO en 2018. Les Suisses ont à nouveau manqué une belle occasion de décrocher une autre médaille, qui aurait été la deuxième du mandat de Fischer après l’argent de 2018. Les joueurs n’avaient d’ailleurs pas caché leur ambition de remporter le titre. Le très bon tour préliminaire, avec cinq victoires en sept matches, a encore alimenté les ambitions. «Tout le monde avait un rêve et voulait plus», a déclaré Diaz.

Le directeur des équipes nationales Lars Weibel en est conscient: «Nous serons jugés sur le dernier match. Nous ne sommes certainement pas satisfaits, malgré le bon tour de qualification, mais nous allons rebondir. Je suis convaincu que les joueurs réagiront de manière positive. Ils ne veulent pas revivre une telle expérience.»

ats

Suisse - Allemagne 2-3 tab (1-0 1-1 0-1 0-0 0-1)

Riga. Arbitres: Ansons/Romasko (LAT/RUS), Lazarev/Shalagin (RUS). Buts: 16e Untersander (Alatalo, Kurashev) 1-0. 34e Herzog (Scherwey, Bertschy) 2-0. 38e Kühnhackl (Rieder, Nowak) 2-1. 60e Gawanke (Kahun, Noebels/à 6 contre 5) 2-2. Tirs au but: Corvi -, Plachta -; Andrighetto -, Krämmer -; Meier 1-0, Kahun 1-1; Ambühl -, Reichel -; Hofmann -, Noebels 1-2. Pénalités: 0 x 2’contre la Suisse, 2 x 2’+ 10’ (Plachta) contre l’Allemagne.

Suisse: Genoni; Diaz, Müller; Loeffel, Siegenthaler; Untersander, Moser; Alatalo; Herzog, Bertschy, Scherwey; Ambühl, Hischier, Kurashev; Meier, Vermin, Andrighetto; Simion, Corvi, Hofmann.

Allemagne: Niederberger; Seider, Moritz Müller; Holzer, Jonas Müller; Nowak, Wagner; Gawanke; Pföderl, Reichel, Noebels; Plachta, Kahun, Eisenschmid; Rieder, Loibl, Kühnhackl; Peterka, Kastner, Krämmer; Bergmann.

Notes: la Suisse sans Praplan, Frick, Heldner, Mottet ni Geisser (surnuméraires). L’Allemagne sans gardien de 58’35 à 59’16.


COMMENTAIRE

La soif de vaincre n’était pas très visible

Comme en 2019, la formation de Patrick Fischer termine ses mondiaux à deux doigts, un puck ou trois coups de patins des demi-finales. Comme à Kosice voici deux ans, les Helvètes ont été tout proches du dernier carré à Riga. S’ils ont été malchanceux en encaissant l’égalisation canadienne à quatre dixièmes de seconde en Slovaquie, il leur a manqué face à l’Allemagne hier en Lettonie, une grosse dose d’envie. C’est l’impression laissée à travers le petit écran.

Convaincante lors du premier week-end de la compétition, grâce à une entrée en lice maîtrisée contre la République tchèque, l’équipe de Suisse a pris un gros coup sur la tête contre la Suède (0-7). Elle s’est ensuite remise en selle face à la Slovaquie (8-1). Dès sa qualification pour les quarts de finale, tous les espoirs étaient permis. Ils ont été douchés par le voisin germain. Pour la troisième fois consécutive dans une rencontre à élimination directe face à l’Allemagne, la Suisse s’est inclinée sur le plus petit des écarts. A un tir au but près.

Finaliste en 2013 puis en 2018, à chaque fois privée d’or par la Suède, la sélection nationale avait belle allure avec du talent et la capacité de rivaliser sur le plan physique. Mais pour accéder aux médailles, il faut être en mesure de se faire violence. Les Helvètes ont trop géré. Incapables de marquer à cinq contre trois, ils ont été pris en flagrant délit de passivité, jusqu’à se brûler les ailes.

La saison a été longue, mais cela n’explique pas le manque de mordant constaté face à l’Allemagne. De revanche, il n’y a point eu. Au contraire, le traumatisme né de la défaite face à ce même adversaire aux JO de 2018 s’est encore amplifié. La Suisse s’est trop reposée sur ses lauriers, à l’exception peut-être du combatif Tristan Scherwey, et cela ne présage rien de bon.

Patricia Morand


Le Canada bat la Russie

Les Nord-Américains l’emportent 2-1 ap et se hissent en demi-finales des mondiaux.

Les demi-finales des mondiaux verront l’Allemagne affronter la Finlande et les Etats-Unis lutter contre le Canada demain. Les Nord-Américains sont au rendez-vous. On les imaginait plus faibles que d’habitude et pourtant. Canadiens et Américains seront bel et bien présents demain pour une demi-finale 100% nord-américaine.

Les Etats-Unis n’ont pas eu trop de mal à prendre le meilleur sur la Slovaquie 6-1, alors que les Canadiens ont dû se défaire des Russes. Un succès 2-1 ap après avoir été menés 1-0 pour les joueurs à la feuille d’érable. Adam Henrique s’est chargé d’égaliser à la 46e. Et malgré le renfort de Bobrovski aux buts, d’Orlov en défense et de Tarasenko devant, ce sont les Canadiens qui ont eu le dernier mot grâce à Mangiapane à la 63e. Dans le dernier quart, la Finlande a remporté un match de score de football 1-0 contre les Tchèques. ats

résultats et programme

Mondiaux à Riga. Quarts de finale: Suisse - Allemagne 2-3 tab (1-0 1-1 0-1 0-0). Etats-Unis - Slovaquie 6-1 (3-0 1-1 2-0). Russie - Canada 1-2 ap (0-0 1-0 0-1 0-1). Finlande - République tchèque 1-0 (0-0 1-0 0-0). Demi-finales (samedi): Etats-Unis - Canada, Finlande - Allemagne.

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00