La Liberté

Le soulagement après le choc

Les joueurs danois, certains d’entre eux en larmes, se sont rassemblés pour former un cercle autour de Christian Eriksen. © Keystone
Les joueurs danois, certains d’entre eux en larmes, se sont rassemblés pour former un cercle autour de Christian Eriksen. © Keystone
Partager cet article sur:
14.06.2021

Le Danois Christian Eriksen a fait un malaise sur la pelouse samedi. Le sport est passé au second plan

Euro 2020 » Le Danemark et l’Europe du football ont craint le pire: le ballon s’est arrêté de tourner samedi à l’Euro lorsque le Danois Christian Eriksen a subi un impressionnant malaise sur la pelouse, avant des nouvelles rassurantes et une victoire presque anecdotique de la Finlande (1-0). Au deuxième jour du grand rendez-vous européen, les résultats sportifs sont passés au second plan, du succès inédit des bizuths finlandais à l’entrée en lice réussie de l’ambitieuse Belgique en Russie (3-0), en passant par le nul entre Gallois et Suisses à Bakou (1-1).

Car à Copenhague, l’affiche Danemark-Finlande a failli virer au drame lorsque, loin de tout adversaire, Eriksen s’est effondré brutalement sur le terrain, les yeux révulsés, avant de subir un massage cardiaque. Et les minutes ont semblé bien longues avant qu’on apprenne qu’il avait repris connaissance et se trouvait dans un état «stable».

«C’est un choc national qui est devenu un soulagement national», a résumé la première ministre danoise Mette Frederiksen sur les réseaux sociaux. «Rarement le fait qu’un match ait été gagné ou perdu a semblé si peu important.» Ses coéquipiers, le capitaine Simon Kjaer en tête, ont joué un grand rôle en venant rapidement à son secours, puis en appelant avec des gestes de panique le service médical. Le match a été interrompu, tandis que les Danois, certains d’entre eux en larmes, se sont rassemblés pour former un cercle autour du milieu de terrain de 29 ans et le dissimuler des regards. «On a réussi à faire «revenir» Christian», a raconté le docteur de la sélection danoise Martin Boesen.

Eriksen a finalement été évacué sur une civière, toujours escorté par ses coéquipiers, tandis que les quelque 16 000 spectateurs, dont sa compagne, venue jusqu’au bord du terrain et en larmes, étaient plongés dans la stupeur. Mais les nouvelles ont fini par être rassurantes: la Fédération danoise de football (DBU) a indiqué qu’il était «éveillé» et qu’il subissait des examens au principal hôpital de Copenhague. «Il est conscient et peut parler», a dit son agent Martin Schoots, très ému, sur la chaîne néerlandaise NOS. «C’est une nouvelle violente. Tout le monde est sous le choc. C’est normal. Sa petite amie est avec lui à l’hôpital.»

Les larmes de Lukaku

Rassurés sur l’état de santé de leur coéquipier, à qui ils ont pu parler, les Danois ont donné leur accord pour que le match reprenne à 20 h 30, près de deux heures après l’interruption. La reprise est intervenue «à la demande des joueurs», a expliqué l’UEFA dans un communiqué pour balayer toute polémique. Et Christian Eriksen a été désigné homme du match au terme de la rencontre. Le seul but de la rencontre a été inscrit par l’attaquant Joel Pohjanpalo d’une tête piquée (60e), soit le premier but de l’histoire de la Finlande dans une phase finale de grand tournoi… sur la seule occasion finlandaise du match. «La seule chose à laquelle je pensais, c’était Eriksen», a assuré le buteur après la rencontre, alors que les Danois ont ensuite raté le penalty de l’égalisation (74e).

Dans l’autre rencontre du groupe B entre la Belgique et la Russie à Saint-Pétersbourg, les Diables rouges, prétendants au titre, se sont imposés grâce à un doublé de Romelu Lukaku, coéquipier d’Eriksen à l’Inter, à qui il a rendu hommage. «Chris, je t’aime», a-t-il lancé à une caméra après son premier but (10e), avant de frapper une seconde fois en fin de match (88e), alors que Thomas Meunier avait alourdi le score (34e). «J’ai pleuré avant la rencontre», a reconnu Lukaku. «Ça a été très dur pour moi de jouer car toutes mes pensées étaient avec Christian Eriksen.» ATS

Danemark - Finlande 0-1 (0-0)

Copenhague: 16 000 spectateurs. Arbitre: Taylor (ENG). But: 60e Pohjanpalo 0-1.

Danemark: Schmeichel; Wass (76e Stryger Larsen), Kjaer (63e Vestergaard), Christensen, Maehle; Eriksen (43e Jensen), Höjbjerg, Delaney (76e Cornelius); Poulsen, Wind (63e Skov Olsen), Braithwaite.

Finlande: Hradecky; Toivio, Arajuuri, O’Shaughnessy; Raitala (90e Leo Väisänen), Lod, Sparv (76e Schüller), Kamara, Uronen; Pohjanpalo (84e Forss), Pukki (76e Kauko).

Notes: 43e victime d’un malaise, Eriksen est emmené à l’hôpital. 74e Hradecky retient un penalty de Höjbjerg. Avertissements: 4e Lod. 51e Sparv.

Belgique - Russie 3-0 (2-0)

Saint-Pétersbourg: 26 264 spectateurs. Arbitre: Lahoz (ESP). Buts: 10e Lukaku 1-0. 34e Meunier 2-0. 88e Lukaku 3-0.

Belgique: Courtois; Alderweireld, Boyata, Vertonghen (77e Vermaelen); Castagne (27e Meunier), Dendoncker, Tielemans, Thorgan Hazard; Mertens (72e Eden Hazard), Carrasco (77e Praet); Lukaku.

Russie: Shunin; Fernandes, Semenov, Dzhikiya, Zhirkov (43e Karavaev); Ozdoev, Barinov (46e Diweev); Zobrin (63e Mukhin), Golovin, Kurzyaev (30e Cheryshev, 63e Miranchuk); Dzyuba.

Notes: la Belgique sans De Bruyne et Witsel (blessés).


Toujours «pas d’explication» pour ce malaise cardiaque

Les médecins n’ont toujours «pas d’explication» au malaise cardiaque du Danois Christian Eriksen durant le match Danemark-Finlande samedi. Ceci selon le médecin de la sélection danoise. «Pour l’instant, nous n’avons pas d’explication», a affirmé Morten Boesen lors d’une conférence de presse. «C’est l’une des raisons pour lesquelles il est toujours hospitalisé, pour comprendre ce qui s’est passé», a-t-il dit, ajoutant que les examens réalisés étaient «bons». Vers la fin de la première période de Danemark-Finlande, loin de tout adversaire, Eriksen s’est effondré brutalement sur le terrain, les yeux révulsés. «Il était parti et nous avons fait un massage cardiaque pour le réanimer», a expliqué M. Boesen. «J’ai le sentiment que nous n’aurions pas dû jouer» la fin de la rencontre, a dit le sélectionneur Kasper Hjulmand, qui s’est réjoui d’avoir vu «Christian sourire» lors d’une conversation dans la journée. «Et il nous a dit: «Comment ça va? Je crois que ça va moins bien que moi. Je sens que je pourrais aller m’entraîner!», a ajouté le sélectionneur, en rapportant les propos de son joueur. Selon Hjulmand, Eriksen «souhaite que nous continuions, donc c’est ce qu’on va faire. Nous voulons jouer pour Christian». ats

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00