La Liberté

Environnement idéal pour la Suisse

Xherdan Shaqiri (avec les lunettes de soleil) et ses coéquipiers logeront dans un cinq étoiles à Bad Ragaz. © Keystone
Xherdan Shaqiri (avec les lunettes de soleil) et ses coéquipiers logeront dans un cinq étoiles à Bad Ragaz. © Keystone
Partager cet article sur:
27.05.2021

Petkovic et ses joueurs ont entamé leur préparation pour l’Euro dans un cadre luxueux, à Bad Ragaz

Football » L’équipe de Suisse a entamé hier sa préparation en vue de l’Euro. Vladimir Petkovic et ses hommes se sont retrouvés à Bad Ragaz, dans un environnement aussi luxueux qu’idéal. En 2004, la Grèce avait également effectué sa préparation avant l’Euro au Portugal dans le cinq étoiles sis à Bad Ragaz, où Borussia Dortmund et Liverpool ont déjà séjourné. L’air de la campagne saint-galloise avait plutôt bien réussi aux Grecs voici 17 ans puisque la sélection, alors dirigée par Otto Rehhagel, avait défié tous les pronostics pour remporter le trophée. Un tel scénario conviendrait évidemment aux Suisses!

Vladimir Petkovic a sans doute rêvé de marcher sur les traces des Grecs avant d’accueillir ses protégés. Mais officiellement, l’objectif de cette nouvelle aventure est un peu plus modéré. «Ce serait une déception si nous n’allions pas en huitièmes de finale», a lâché le sélectionneur.

Un Euro à 24 équipes

Placée dans le groupe A, l’équipe de Suisse y affrontera le pays de Galles, l’Italie et la Turquie. «Il ne faut jamais sous-estimer les adversaires, mais c’est réaliste pour nous d’envisager d’atteindre la phase à élimination directe», dixit Petkovic. Rentrer à la maison après les trois premiers matches serait d’autant plus décevant que les quatre meilleurs troisièmes seront aussi propulsés en huitièmes de finale dans cet Euro à 24 équipes. Par le passé, avec cette formule qui ne fait pas forcément l’unanimité, des équipes ont passé en ayant pris deux points en trois matches.

En 2016 en France, le Portugal avait fait trois nuls en phase de groupes et s’était qualifié en étant troisième… avant d’aller au bout et de remporter la compétition en finale contre les Bleus (1-0 ap). Le temps n’est cependant pas encore aux calculs d’épiciers à Bad Ragaz. «Le premier objectif est que les joueurs arrivent en forme à l’Euro», a rappelé le sélectionneur. Ce rappel n’est pas innocent.

Voici trois ans, Granit Xkaha s’était blessé à un genou à Lugano. Il avait manqué quelques entraînements et un match de préparation, mais la blessure n’avait finalement pas été trop sérieuse. Mais sur le moment, Petkovic avait craint que le milieu d’Arsenal ne manque la Coupe du monde en Russie. La sélection va bénéficier de sept jours pour s’entraîner. Durant cette période, elle livrera deux rencontres de préparation à Saint-Gall contre les Etats-Unis (30 mai) et le Liechtenstein (3 juin).

Parmi les 29 hommes rassemblés pour le camp, trois ne seront pas retenus pour l’Euro. Sauf blessure, cela devrait être le quatrième gardien Gregor Kobel ainsi que deux éléments à choisir parmi le trio composé de Dan Ndoye, Andi Zeqiri et Jordan Lotomba. Vladimir Petkovic devra annoncer son cadre définitif mercredi prochain.

Etat d’esprit positif

Ceux qui grimperont le 7 juin dans le charter qui emmènera l’équipe de Zurich à Bakou – où les Suisses affronteront les Gallois le 12 juin – ne devront pas seulement se couler dans le collectif au niveau technique et tactique, mais aussi sur le plan mental. «Je vais beaucoup dialoguer ces prochains jours. Les 26 joueurs dans le cadre devront avoir la même motivation et afficher un état d’esprit positif. Ils devront être prêts pour cet Euro», a expliqué Petkovic. En raison de la situation sanitaire, l’équipe vivra dans une «bulle» et n’aura guère de possibilités de se distraire, à part une soirée prévue dans un domaine viticole de la région. Les contacts avec le monde extérieur sont interdits pour toute la délégation. Les joueurs pourront cependant bénéficier de 72 heures avec famille et amis avant de partir pour Bakou.

La vaccination ne change rien aux mesures strictes de protection édictées par l’UEFA. Au sein de l’ASF, tout le staff a été vacciné. La Fédération estime qu’environ la moitié des joueurs a suivi la recommandation d’en faire de même. Mais cela n’empêchera pas que l’ensemble de la délégation doive se soumettre tous les quatre jours à un test PCR et à une prise de sang. ats

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00