La Liberté

«Mais où sont donc passées mes copines?»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
28.05.2021

Parole d’expert

Motocyclisme. «En dix-sept ans de compétition, j’en ai eu des copines, évidemment! Et même parfois deux en même temps! Qu’est-ce que je les ai admirées! Je les ai regardées avec passion, je les ai respectées, je les ai soignées, dorlotées, bichonnées. Je leur parlais avec complicité, je les remerciais pour ce qu’elles m’apportaient. Avant de les quitter le soir, je leur souhaitais «bonne nuit, mes belles».

Mais attention, ne vous y trompez pas: je parle bien sûr de toutes les motos qui m’ont permis de parvenir à mes, nos, résultats. Eh oui, la plupart des pilotes ont une relation particulière et fusionnelle avec leurs montures. Vous avez certainement vu Valentino Rossi, après avoir gagné une course, embrasser sa moto. Non, ce n’est pas pour le show, mais effectivement un geste de reconnaissance envers celle qui lui a permis d’arriver le premier.

Imaginez-vous monter sur la plus haute marche du podium, après une course de championnat du monde, écouter l’hym

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00