La Liberté

«Les Népalais enfin dans la lumière»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Camp de base du K2, le 5 janvier 2021: autour de Nirmal Purja (premier rang, troisième depuis la gauche), sept des dix grimpeurs népalais qui vont réussir la première hivernale. © Red Bull Content Pool
Camp de base du K2, le 5 janvier 2021: autour de Nirmal Purja (premier rang, troisième depuis la gauche), sept des dix grimpeurs népalais qui vont réussir la première hivernale. © Red Bull Content Pool
Partager cet article sur:
28.01.2021

Le K2 (8611 m) a été gravi pour la première fois en hiver. Le commentaire de Pierre Morand

Jean Ammann

Alpinisme » Le 6 juillet 1985, Pierre Morand, dans la force de ses 27 ans, dans la témérité de sa jeunesse, était au sommet du K2 (8611 m), son troisième 8000, après le Broad Peak et le Gasherbrum I. Il commente la première ascension hivernale du K2, réussie le 16 janvier grâce aux efforts conjoints de deux expéditions népalaises.

Le K2 était le dernier 8000 qui n’avait pas été gravi en hiver. Que vous inspire cette réussite d’une expédition népalaise?

Pierre Morand: D’abord, je suis très content que cette première ait été réussie par une équipe d’alpinistes népalais. Malgré tout ce que les Népalais ont fait dans l’alpinisme himalayen, ils n’avaient jamais marqué l’histoire, si l’on excepte Tensing

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00