La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Après les affaires, la Fédération suisse de gymnastique veut aller de l'avant

Béatrice Wertli, directrice de la Fédération suisse de gymnastique, se veut positive. Après les affaires, son sport «ne peut que remonter»

Béatrice Wertli, directrice de la Fédération suisse de gymnastique, invitée à la fin mai à la soirée du Mérite sportif fribourgeois, ne veut pas que son sport soit résumé à la gymnastique artistique ou rythmique. © Charles Ellena
Béatrice Wertli, directrice de la Fédération suisse de gymnastique, invitée à la fin mai à la soirée du Mérite sportif fribourgeois, ne veut pas que son sport soit résumé à la gymnastique artistique ou rythmique. © Charles Ellena

François Rossier

Publié le 07.06.2022

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Gymnastique » Ancienne cheffe de communication et secrétaire du PDC Suisse, ex-triathlète, Béatrice Wertli (46 ans) est, depuis le 1er mars 2021, la directrice de la Fédération suisse de gymnastique (FSG). Première femme à occuper un tel poste – «Il a fallu que j’interprète l’uniforme officiel», sourit-elle –, l’Argovienne, de passage à Fribourg pour la Nuit du mérite sportif, a pris le temps de faire le point sur un sport bien décidé à redorer un blason terni par les révélations d’abus dans le monde de la gymnastique rythmique.

Un peu plus d’une année après votre entrée en fonction, comment vous sentez-vous?

Très bien. Merci. A ce poste de directrice, j’ai

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11