La Liberté

«J’ai été traité comme un criminel»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le 24 février à Genève, une manifestation s’est tenue en soutien à Solomon Arkisso et aux autres migrants ayant fait l’objet d’un renvoi forcé. Keystone
Le 24 février à Genève, une manifestation s’est tenue en soutien à Solomon Arkisso et aux autres migrants ayant fait l’objet d’un renvoi forcé. Keystone
Partager cet article sur:
04.03.2021

Renvoyé de force en Ethiopie, Solomon Arkisso témoigne de son arrestation et de sa vie à Addis-Abeba

Sophie Dupont

Expulsion » Renvoyé en Ethiopie par vol spécial le 27 janvier, Solomon Arkisso vit dans l’angoisse, chez sa mère. Il ne se sent pas en sécurité et s’inquiète pour sa santé. «J’avais des rendez-vous médicaux réguliers. Ici, ce n’est pas possible. Et je n’ose pas sortir de chez moi, les militaires sont partout en ville et surveillent les allées et venues», confie-t-il lors d’un entretien vidéo mené le 24 février.

L’homme d’une quarantaine d’années avait demandé l’asile politique dans notre pays en 2013. La Suisse n’a pas considéré vraisemblable le compte rendu qu’il a donné de ses persécutions et a refusé sa demande l’année suivante. Solomon Arkisso vivait avec sa sœur Rahel et sa nièce de 3 ans dans une chambre d’un

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00