La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Panser des blessures invisibles

Avec l’arrivée des réfugiés venus d’Ukraine se pose la question de la gestion du stress post-traumatique. Le canton de Fribourg va accroître ses capacités de prise en charge

Alors que les Ukrainiens arrivent dans le canton de Fribourg (ici le 21 mars à Morat), le canton s’attend à une hausse importante de demandes de soutien psychologique. © Charly Rappo
Alors que les Ukrainiens arrivent dans le canton de Fribourg (ici le 21 mars à Morat), le canton s’attend à une hausse importante de demandes de soutien psychologique. © Charly Rappo

Lise-Marie Piller

Publié le 26.03.2022

Temps de lecture estimé : 11 minutes

Partager cet article sur:

Psychologie » «Notre cœur est brisé. Chaque jour, notre pays est transformé en ruines. Des enfants, des femmes, des personnes âgées et nos hommes sont tués. Il est impossible de regarder cela sans larmes. La guerre est un stress énorme. Tous les Ukrainiens ont besoin d’un soutien psychologique.» Ce cri du cœur, c’est celui de Katya et Yuliia, deux jeunes réfugiées hébergées par une famille broyarde.

On ne sort en effet pas indemne d’un conflit armé. L'esprit prend des coups et la probabilité de présenter un trouble du stress post-traumatique (TSPT) est élevée, selon Florence Guenot, responsable du service de psychologie au Réseau fribourgeois de santé mentale (RFSM) et spécialiste en psychologie d’urgence et psychotraumatologie. Sébastien Schmid, président de l’association

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11