La Liberté

Les artisans de cosmétiques mis au défi par de nouvelles normes

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Chaque étape de la fabrication de cosmétiques naturels, comme ici au monastère des dominicaines d’Estavayer-le-Lac, suit des normes strictes. © Alain Wicht-archives
Chaque étape de la fabrication de cosmétiques naturels, comme ici au monastère des dominicaines d’Estavayer-le-Lac, suit des normes strictes. © Alain Wicht-archives
Partager cet article sur:
03.05.2021

De nouvelles normes obligent les petits fabricants à se conformer depuis le 1er mai à un cadre strict

Charles Grandjean

Consommation » Cette transition n’a rien d’un simple toilettage. Depuis le 1er mai, tous les produits cosmétiques écoulés sur le marché doivent se conformer à l’ordonnance fédérale sur les cosmétiques, calquée sur les normes européennes.

Si les artisans locaux ont eu quatre ans de période transitoire pour s’adapter, l’épisode du Covid et un souci d’interprétation juridique ont compliqué la donne. Beaucoup croulent encore sous les dossiers pour homologuer chaque crème, déodorant et autres savons.

Freinée par le Covid

C’est le cas d’Amalia Suter, qui se prépare pourtant depuis deux ans à ce changement. De la vingtaine de références de savons qu’elle proposait dans sa boutique The Nurse Spirit à Murist, elle n’en aura plus que quatre en vente. &l

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00