La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

La saison d’alpage vise l’Unesco

Fierté gruérienne, la saison d’alpage pourrait bientôt être inscrite au patrimoine immatériel

Les Fribourgeois sont attachés à leurs alpages, qui séduisent aussi les touristes. © Alain Wicht-archives
Les Fribourgeois sont attachés à leurs alpages, qui séduisent aussi les touristes. © Alain Wicht-archives
Président de la Société fribourgeoise d’économie alpestre
Président de la Société fribourgeoise d’économie alpestre

Zoé Lüthi

Publié le 16.08.2022

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Partager cet article sur:

Tradition, Henri Buchs » Que ce soit pour les ravitailler ou pour vanter leurs fromages, nos alpages font bien souvent parler d’eux. Et leur cote pourrait encore monter sous peu. Inalpes, désalpes, chants traditionnels et autres traditions bien vivantes de la saison d’alpage helvétique pourraient bientôt figurer sur la liste indicative du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, si le dossier déposé en mars est sélectionné cet automne. Et tout est parti de la Gruyère.

Lorsque en 2008 la Suisse ratifie la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, il lui faut en établir une liste nationale. La Confédération demande donc aux cantons d’inventorier leur folklore. Pour Fribourg, c’est le Musée gruérien de Bulle qui s’y colle, conviant des représentants de chaque district à intégrer des groupes de travail.

Parmi les 70 traditions vivantes recensées dans le canton, la saison d’alpage en Gruyère est particulièrement détaillée. «Lorsque nous

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11