La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

En graphiques: Fribourg a aussi ses frontaliers, et leur nombre a triplé en dix ans

Même s’il en accueille moins que Genève ou Vaud, le canton de Fribourg attire aussi les frontaliers. Ils sont ainsi plus de 1600 à faire le trajet, principalement depuis la France, pour venir travailler ici. Un chiffre qui a triplé en dix ans.

Des frontaliers passent la frontière tous les matins à Saint-Gingolph pour venir travailler dans le canton de Fribourg. © Alain Wicht
Des frontaliers passent la frontière tous les matins à Saint-Gingolph pour venir travailler dans le canton de Fribourg. © Alain Wicht

Nicolas Maradan

Publié le 17.06.2024

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Cinq fois par semaine, Sylvain Bouet parcourt les quelque 70 kilomètres séparant son domicile d’Evian, en Haute-Savoie, de l’entreprise Liebherr Machines Bulle SA, en Gruyère, là où il travaille depuis 2011. «J’utilise exclusivement la voiture, aucun autre moyen de transport ne permettant de rallier directement Evian à Bulle. En théorie, ce trajet prend un peu plus d’une heure. Le matin, je pars de chez moi vers 5 h, alors ça roule correctement. J’arrive donc au travail vers 6 h ou 6 h 15. Mais le soir, à cause du trafic, il me faut souvent 1 h 30, voire 1 h 45 pour rentrer», explique le Breton d’origine, responsable dans le chef-lieu gruérien d’un centre d’essais pour le développement de moteurs à combustion.

@import "https://code.highcharts.com/css/highcharts.css"; :root { --background-color: #ffffff; --text-color: black; --canton-color: #4f4f4f; } @media (prefers-color-scheme: dark) { :root { -

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11