La Liberté

Putain, putain, Arno est mort

Le chanteur belge est décédé samedi d’un cancer du pancréas

Arno, ici en concert en 2013 aux Francomanias à Bulle, est décédé samedi. © Vincent Murith-Archives
Arno, ici en concert en 2013 aux Francomanias à Bulle, est décédé samedi. © Vincent Murith-Archives
Publié le 25.04.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Hommage » Le chanteur belge Arno est décédé samedi, a annoncé son agent Filip De Groote. Il luttait contre un cancer du pancréas depuis la fin 2019. Il aurait eu 73 ans dans un mois.

L’artiste, icône nationale dans son pays et parfois comparé à Alain Bashung ou Tom Waits, avait annoncé en février 2020 souffrir d’un cancer du pancréas. «Putain, putain c’était vachement bien. Il va nous manquer à tous, mais il sera toujours là grâce à la musique qui l’a fait tenir jusqu’au bout», a écrit son agent belge Filip De Groote.

Attaché à Ostende

Né le 21 mai 1949 à Ostende, ville côtière flamande à laquelle il est resté très attaché et qu’il évoque dans ses chansons, Arno Hintjens avait débuté au sein du groupe TC Matic dans les années 80, avec la chanson Putain, putain («C’est vachement bien, nous sommes quand même tous des Européens»), reprise récemment en duo avec un autre Belge, Stromae. C’est en solo qu’il s’était ensuite révélé à un plus large public, grâce à des chansons comme Les yeux de ma mère.

«C’est un immense chanteur et poète, le monument national belge. Et un monument d’Europe avec Putain, putain… Il part au moment où on a le plus besoin d’Europe», a réagi Boris Vedel, directeur du festival du Printemps de Bourges.

Le 21 février dernier, dans son habituel costume noir de scène, Arno avait été reçu au palais royal de Bruxelles par le roi Philippe, qui l’avait qualifié d'«icône de la scène belge». Le chanteur, qui assurait «n’avoir pas de frontières dans la tête», «incarnait une certaine belgitude, l’âme européenne et bien sûr tant de poésie», a abondé la ministre wallonne Céline Tellier. «Rust zacht (repose en paix) Arno. C’était magnifique!», a réagi le premier ministre belge Alexander De Croo.

Ostende «en deuil» a salué «une légende vivante», «l’un de ses principaux ambassadeurs» et précisé que les cendres de l’artiste seront dispersées en mer du Nord au large de sa ville natale.

Retour sur scène

Arno avait annoncé sa maladie en pleine promotion d’un album (Santeboutique, sorti en septembre 2019). Il avait dû interrompre sa tournée pour subir une opération. La pandémie a ensuite contrarié la reprise des spectacles, même s’il a pu enregistrer un nouvel album (Vivre, avec le pianiste français Sofiane Pamart, sorti fin mai 2021).

Il était finalement remonté sur scène en février 2022, programmant une demi-douzaine de dates à Bruxelles et à Ostende pour une tournée baptisée Vivre.

Durant ses derniers shows, l’artiste, assis devant un micro, visage amaigri, faisait régulièrement allusion à son état de santé et évoquait ses excès passés avec des titres comme Lady Alcohol.

Père de plusieurs garçons mais discret sur sa vie privée, Arno a souvent évoqué sa mère, décédée prématurément. Récemment, après avoir chanté Les yeux de ma mère, un de ses titres-phares, il avait confié au public qu’il allait bientôt aller la rejoindre «là-haut».

Le chanteur avait dû annuler la dernière date de cette mini-tournée, le 15 mars à l’Ancienne Belgique (AB), salle rock mythique de Bruxelles. «Dans l’état où je suis, le passé n’existe plus, seule compte la vérité», confiait Arno le 23 mars lors d’un ultime entretien à France Inter. «J’ai eu une vie merveilleuse», avait également observé Arno sur la chaîne radio. «J’ai voyagé partout dans le monde grâce à la musique, j’ai joui de la vie. Je prends ce bonheur avec moi. Merci la vie!» ATS/AFP

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11