La Liberté

Oui à un prix du gaz plafonné

Les ministres européens se sont accordés sur des mesures d’urgence «sans précédent»

Le gaz russe, acheminé ici via le gazoduc Nord Stream 1, ne représente plus que 9% des importations de l’UE, contre 40% avant la guerre. © Keystone
Le gaz russe, acheminé ici via le gazoduc Nord Stream 1, ne représente plus que 9% des importations de l’UE, contre 40% avant la guerre. © Keystone
Publié le 10.09.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Union européenne » Les ministres européens de l’Energie se sont dits favorables hier à une série de mesures d’urgence pour enrayer la flambée des factures de gaz et d’électricité. Ils ont même évoqué un plafonnement du prix des importations de gaz de l’UE.

Réunis à Bruxelles, les représentants des Vingt-Sept se sont entendus sur une «orientation commune» pour enrayer l’envolée des prix de l’énergie provoquée par l’offensive russe en Ukraine. Ils ont demandé à la Commission européenne de préparer en quelques jours «une proposition solide et concrète», a déclaré le ministre tchèque de l’Industrie Jozef Sikela, dont le pays occupe la présidence tournante de l’UE.

«Nous présenterons la semaine prochaine des mesures sans précédent pour répondre à une situation sans précédent», a répondu la commissaire à l’Energie Kadri Simson. «Nous allons connaître un hiver très difficile, mais notre union énergétique est solide et prévaudra.»

Moscou menace

En amont de la réunion, l’Exécutif européen avait soumis aux Etats membres plusieurs pistes de mécanismes, souvent complexes, avec l’espoir d’aboutir d’ici à mercredi à un projet législatif suffisamment consensuel pour être rapidement approuvé.

Si l’idée de confisquer les superprofits du nucléaire et des renouvelables pour les redistribuer a été bien accueillie, tout comme un possible objectif pour réduire la consommation d’électricité, la proposition de plafonner le prix du gaz payé à la Russie a fait débat.

Alors que Moscou menace de cesser ses livraisons si un tel mécanisme est appliqué, la Hongrie, encore très dépendante des hydrocarbures russes, a affiché sa farouche opposition à cette «nouvelle sanction déguisée» susceptible de causer une «pénurie», tandis que Prague dénonçait «une idée non constructive».

Au final, «l’opinion dominante a été que nous avions besoin d’un plafond sur le gaz», quelle que soit sa provenance, «mais il faut donner à la Commission du temps pour affiner la façon de le mettre en œuvre», a indiqué M. Sikela.

Comme le gaz russe ne représente plus que 9% des importations européennes (contre 40% avant la guerre), plusieurs Etats dont l’Italie préconisaient un plafonnement complet des prix du gaz acheté par l’UE, y compris le gaz naturel liquéfié (GNL). «Quinze pays se sont clairement prononcés en faveur (…), une solide majorité», s’est félicité le ministre italien Roberto Cingolani.

«Rien n’est exclu (…) mais il faut veiller à ne pas saper la sécurité de nos approvisionnements» pendant l’hiver, a réagi Mme  Simson, rappelant que l’UE devait rester suffisamment attractive dans un marché mondial très disputé, où l’offre est tendue et où les navires de GNL peuvent aisément trouver d’autres destinations.

Superprofits redistribués

«Sous l’appellation «plafonnement du prix du gaz», on peut mettre beaucoup de choses», a insisté la ministre française Agnès Pannier-Runacher, «qu’il s’agisse du GNL, du gaz acheminé par gazoduc depuis la Norvège et l’Algérie», ou encore du plafond imposé par l’Espagne au prix du gaz payé par les centrales thermiques.

«Il y a beaucoup de propositions très différentes, c’est beaucoup trop tôt pour dire que nous ferons ceci ou cela», a abondé hier à Berlin le chancelier allemand Olaf Scholz.

Au cœur des débats: les dysfonctionnements du marché européen de l’électricité, où le prix de gros est indexé sur le prix de revient de la dernière centrale mobilisée pour répondre à la demande – souvent une centrale au gaz.

La Commission propose de plafonner les revenus des opérateurs du nucléaire et d’énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse, hydroélectrique) qui vendent leur électricité à un prix très au-dessus de leurs coûts de production. Les Etats pourraient prélever la différence entre ce plafond et le prix du marché pour redistribuer ces «superprofits» aux ménages et entreprises vulnérables.

Malgré des mix énergétiques très différents d’un pays à l’autre, la mesure suscite un large consensus. ATS/AFP

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Moscou s’en prend au pape

    Diplomatie » Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a dénoncé hier des propos «pas chrétiens» du pape François, après que ce dernier a...
  • Lettres piégées neutralisées

    Espagne » Des lettres piégées similaires à celle ayant explosé à l’ambassade d’Ukraine ont été interceptées par les services de sécurité.Une «enveloppe...
  • Le bilan monte à 11 morts

    Italie » Le glissement de terrain provoqué samedi passé par de fortes pluies à Casamicciola Terme, sur la petite île italienne d’Ischia, a fait onze morts,...
  • Après les troubles, la Chine calme le jeu

    Pandémie » Pékin a donné des signes d’un possible allègement de sa stricte politique zéro Covid. Les autorités chinoises veulent jouer l’apaisement, après...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11