La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Un regard sur la guerre

Jour 7, mercredi 2 mars: «Les rues de Kiev sont vides la plupart du temps ces jours-ci, emplies d’un silence bourdonnant.» © Evgenia Belorusets
Jour 7, mercredi 2 mars: «Les rues de Kiev sont vides la plupart du temps ces jours-ci, emplies d’un silence bourdonnant.» © Evgenia Belorusets

Anne Pitteloud/Le Courrier

Publié le 06.08.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Evgenia Belorusets » L’écrivaine et photographe publie la chronique qu’elle a tenue du premier jour de l’attaque russe à son départ de Kiev début avril.

«La guerre a commencé. Il est minuit passé. Je ne vais sans doute pas pouvoir m’endormir. Enumérer tout ce qui vient de changer pour toujours n’a aucun sens», écrit Evgenia Belorusets le soir du 24 février dernier, entre colère et sidération. Kiev a été bombardée. A l’instar de ses proches, l’écrivaine et photographe pense que ce conflit absurde ne durera que quelques jours. Elle décide de rester dans la capitale et commence à documenter son quotidien et celui des habitants de la ville. Les quartiers sont désertés, le silence étouffant, déchiré par les alertes aériennes et le fracas des bombes. Et pourtan

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Un home invisible

    Plusieurs romans mettent en scène des héros du troisième âge plutôt funky. Notre sélection de seniors en or pour passer un bon mois d’août
  • pictogramme abonné La Liberté Une inextinguible soif de vengeance

    Émoi adolescentClaque littéraire originelle, découverte d’univers artistiques inconnus, les journalistes culturels de La Liberté se souviennent de leur premier...
  • pictogramme abonné La Liberté Vengeance ou pardon

    Roman » Dans Tu seras mon père, le Genevois Metin Arditi aborde le terrorisme en Italie durant les années 1980. Renato, le personnage principal, a sept ans...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11