La Liberté

Raconter l’indicible

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Ian Manook, connu pour sa série de thrillers mettant en scène le commissaire mongol Yeruldelgger, fait son retour avec une saga historique très personnelle. © Roberto Frankenberg
Ian Manook, connu pour sa série de thrillers mettant en scène le commissaire mongol Yeruldelgger, fait son retour avec une saga historique très personnelle. © Roberto Frankenberg
Partager cet article sur:
05.06.2021

Ian Manook » Dans un livre teinté à la fois d’horreur et d’espoir, l’écrivain, grand nom du polar français, raconte l’enfance romancée de sa grand-mère, survivante du génocide des Arméniens de 1915.

Le roman de Ian Manook s’ouvre sur un carnage. Araxie, 10 ans, joue avec sa petite sœur Haïganouch dans la campagne ensoleillée de l’Anatolie. Trois tchété, des cavaliers pilleurs, apparaissent à l’horizon. La mère a tout juste le temps de dire à ses filles de se cacher dans les blés avant d’être sauvagement massacrée. La petite Haïganouch est blessée au visage et devient aveugle. Aveugle comme la violence qu’elle subit. Quelques instants plus tard, des fédaï, des milices irrégulières arméniennes, surgissent et mettent les pillards en fuite. Ils recueillent les deux filles et les amènent dans la ville d’Erzeroum.

Petit rappel historique. En novembre 1914, le gouvernement nationaliste des Jeunes-Turcs décide de l’entrée en guerre du pays aux côtés de l’Allemagne et de l’Autr

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00