La Liberté

L'«Etat des Choses», reflet d’une génération créatrice

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Maxime Barras a fait le choix surprenant du papier de verre pour ouvrir le deuxième numéro de l’«Etat des Choses». © Charly Rappo
Maxime Barras a fait le choix surprenant du papier de verre pour ouvrir le deuxième numéro de l’«Etat des Choses». © Charly Rappo
Partager cet article sur:
26.03.2021

Le magazine Etat des Choses, fondé par Maxime Barras, sort son deuxième numéro. Il met en lumière de jeunes artistes fribourgeois

Jérémy Rico

Publication » Maxime Barras reçoit chez l’imprimeur fribourgeois Serge Perroud. Les lieux exhalent une forte odeur d’encres, pourtant enfermées dans une collection bariolée de pots de yaourt. Le médiamaticien de 24 ans mène la visite, détaille le fonctionnement des machines d’où sortent depuis des dizaines d’années les papiers gaufrés ou dorés. Habitué à travailler derrière un ordinateur, il dit son amour de ces lieux, de ce contact charnel avec la matière. Il confesse toutefois: l’Etat des Choses n’est pas imprimé sur ces rotatives patinées. Le jeune magazine d’art qu’il a créé l’été passé doit son existence physique au copieur tout à fait récent situé dans la partie arrière de l’atelier.

La playlist

Le fondateur

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00