La Liberté

Requiem pour un concombre

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Extrait du Jardin Zen de Mandryka, refusé par le journal Pilote avant d’être publié dans le premier numéro de L’Echo des Savanes, en mai 1972. © Mandryka/Alain Beaulet Editeur
Extrait du Jardin Zen de Mandryka, refusé par le journal Pilote avant d’être publié dans le premier numéro de L’Echo des Savanes, en mai 1972. © Mandryka/Alain Beaulet Editeur
Partager cet article sur:
15.06.2021

C’est un non-sens absolu: Nikita Mandryka, le créateur du Concombre masqué, s’en est allé

Thierry Raboud

Hommage » «Qui êtes-vous? Je n’en sais rien, je suis masqué», répond le cucurbitacé en faisant son entrée dans le petit potager du neuvième art. Il n’aura cessé d’y déambuller, ce concombre, creusant un sillon d’absurdité profonde pour y cultiver une drôlerie sans laquelle la BD n’aurait pas vraiment d’intérêt. Ni la vie, d’ailleurs, tant qu’on y est.

«J’ai toujours eu cette propension à ne pas rester dans les clous»
Mandryka

C’est dire le non-sens absolu de cette nouvelle, tombée hier comme un caillou dans un jardin zen bien ratissé: Nikita Mandryka, ce créateur «arrivé de nulle part en revenant de tout» est reparti dimanche, 80 ans après avoir vu le jour à l’ombre

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00