La Liberté

Laurent Gerra, l’ami du petit-déjeuner

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Laurent Gerra: ses victimes le traitent de beauf, mais le redoutent. © DR
Laurent Gerra: ses victimes le traitent de beauf, mais le redoutent. © DR
Partager cet article sur:
17.03.2021

Jean-Philippe Bernard

Le mot de la fin

Dans La Grande Vadrouille, une religieuse incarnée par la géniale Mary Marquet demande à un aviateur anglais tout en lui pétrissant le ventre à hauteur du foie: «Vous aimez tout ce qui est bon?» Grimaçant de douleur, le militaire esquisse un yes. «Eh bien, c’est très mauvais», rétorque la mère supérieure. J’ai repensé au film de Gérard Oury l’autre jour, en cherchant de quoi accompagner le premier café du matin. Nanti d’une application mobile conçue pour traquer tout ce qui est fâcheux pour l’organisme, j’ai scanné, scanné, scanné. Las, d’après mon portable, ces produits étaient au mieux médiocres et le plus souvent mauvais, trop sucrés, trop gras, bourrés de «trucs» toxiques face auxquels même les nutritionnistes les plus

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00