La Liberté

L’art complexe de savourer un film

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Une séance de cinéma: pour Patrick, c’était chose sacrée. Krits Luhaers/Unsplash
Une séance de cinéma: pour Patrick, c’était chose sacrée. Krits Luhaers/Unsplash
Partager cet article sur:
04.03.2021

Michaël Perruchoud

Le mot de la fin

Pour Patrick, le cinéma, c’était sérieux. Il supportait mal les commentaires pendant la projection, mais plus encore la tournée des avis obligés en sortie de salle. Les «et toi, t’as trouvé comment?» lui hérissaient le poil. Comme il avait la phrase cinglante, il fourrait de préférence ses mains dans ses poches et s’efforçait de se taire, pour se prémunir des fâcheries stupides.

«Un mauvais film ne mérite pas qu’on en discute, disait-il, plus tard, ailleurs. Quant à un bon film, celui qui vous remue les tripes, il demande à être digéré en paix.» Je me souviens de Mystic River, cette adaptation de Dennis Lehane par Clint Eastwood, que nous avions vu ensemble et pris comme un crochet en plein ventre. Nous en avions reparlé, mais une bonne semaine après. «Parce que l&

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00