La Liberté

10.04.2021

Première vague: surcoût de 160 millions de francs pour les EMS

D'après le directeur de Curaviva, la poursuite de la lutte contre la pandémie nécessite un débat approfondi sur ce que les gens des EMS veulent vraiment (symbolique). © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
D'après le directeur de Curaviva, la poursuite de la lutte contre la pandémie nécessite un débat approfondi sur ce que les gens des EMS veulent vraiment (symbolique). © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
D'après le directeur de Curaviva, la poursuite de la lutte contre la pandémie nécessite un débat approfondi sur ce que les gens des EMS veulent vraiment (symbolique). © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
D'après le directeur de Curaviva, la poursuite de la lutte contre la pandémie nécessite un débat approfondi sur ce que les gens des EMS veulent vraiment (symbolique). © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Partager cet article sur:
10.04.2021

Les EMS ont dû débourser environ 160 millions de francs de coûts supplémentaires pour faire face à la première vague de coronavirus, selon leur faîtière Curaviva Suisse. Celle-ci attend des cantons qu'ils assument leurs responsabilités en matière de financement.

Le montant inclut également le manque à gagner, précise Daniel Höchli, directeur de Curaviva, dans une interview accordée au Tages-Anzeiger parue samedi. "Et pour la deuxième vague, nous sommes en train de faire les comptes", ajoute-t-il.

Curaviva Suisse attend des cantons qu'ils assument leurs responsabilités en accordant un soutien financier. Dans certains d'entre eux, on prépare le terrain, alors que dans d'autres "il n'y a pas beaucoup de volonté politique d'aider", selon M. Höchli.

"Ce serait une bien triste image que de devoir dire que les clubs sportifs ont bénéficié d'un meilleur soutien financier que des institutions d'importance systémique comme les maisons de retraite", note le directeur de la faîtière.

"Davantage d'écoute"

D'après M. Höchli, la poursuite de la lutte contre la pandémie nécessite un débat approfondi sur ce que les gens des EMS veulent vraiment. "Il faut davantage d'écoute et des concepts de protection qui tiennent compte des divers comportements des résidents, plutôt que de décider pour tout un chacun et pour tout le monde."

"C'est difficile", reconnaît M. Höchli. Mais en fin de compte, la question est de savoir comment arriver à un équilibre entre le niveau de protection le plus élevé possible et l'atteinte la plus faible possible à la qualité de vie, poursuit-il.

Par exemple, lors de la première vague, de nombreuses voix s'étaient élevées pour dire que les personnes âgées auraient préféré voir leurs petits-enfants plutôt que d'être entièrement protégées, et donc cloisonnées.

Les cantons avertis

Dans une prise de position transmise à Keystone-ATS, la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) indique que dès le printemps 2020, elle a attiré l'attention des cantons sur les surcoûts à prévoir dans les soins de longue durée, comme dans les homes ou les soins à domicile. Selon elle, des solutions au niveau des cantons et des communes devaient être trouvées.

La CDS a par ailleurs plaidé auprès de la Confédération pour que les caisses d'assurance contribuent aux coûts supplémentaires. Elles auraient pu augmenter temporairement la rémunération des prestations dans l'assurance obligatoire de soins. Mais cette solution n'a pas été retenue.

Reste que selon les chiffres 2020 de l'assurance obligatoire de soins, les assureurs ont pris à leur charge nettement plus de coûts pour les EMS. Cela laisse supposer, selon la CDS, que les homes ont pu attribuer des malades du Covid à une classe de coût supérieur dans l'assurance de base.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00