La Liberté

28.07.2021

Alex Wilson suspendu provisoirement pour dopage

Wilson a été exclu des JO par le TAS © KEYSTONE/EPA/URS FLUEELER
Wilson a été exclu des JO par le TAS © KEYSTONE/EPA/URS FLUEELER
Wilson a été exclu des JO par le TAS © KEYSTONE/EPA/URS FLUEELER
Wilson a été exclu des JO par le TAS © KEYSTONE/EPA/URS FLUEELER
Partager cet article sur:
28.07.2021

Alex Wilson ne rejoindra pas Tokyo pour les Jeux olympiques.

La Chambre ad hoc du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a suspendu provisoirement le Bâlois pour une violation présumée des directives antidopage, a annoncé Swiss Olympic.

Le recordman de Suisse du 100 et du 200 m a été contrôlé positif lors d'un test hors compétition réalisé par Antidopage Suisse le 15 mars dernier, écrit mercredi Swiss Athletics. Des traces de trenbolone, un stéroïde anabolisant synthétique de la famille de la nandrolone, et des métabolites ont été détectés.

Viande contaminée

Le trenbolone est totalement interdit, quelles que soient les quantités décelées. Antidopage Suisse a suspendu provisoirement l'athlète le 28 avril, suite à quoi Wilson a fait opposition. Il a déclaré que son contrôle positif résultait de la consommation de viande contaminée.

Dans la foulée, la Chambre disciplinaire des cas de dopage de Swiss Olympic a d'abord accordé un sursis à l'athlète sous la forme d'un sursoi de sa suspension provisoire, avant de lever complètement sa suspension, au terme de sa procédure d'examen, le 2 juillet.

Cette dernière décision favorable à l'athlète a permis de le sélectionner pour les Jeux et de valider ses résultats obtenus dès le 18 mai et le début de la procédure.

World Athletics intervient

Mais c'était compter sans World Athletics. Jeudi dernier, la fédération internationale d'athlétisme faisait opposition contre la décision suisse auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) à Lausanne. Ce dernier vient de donner raison à World Athletics, ce qui vaut à Alex Wilson d'être à nouveau provisoirement suspendu

La présomption d'innocence reste valable, souligne Swiss Athletics. Parallèlement à la procédure ordinaire sur la suspension court toujours la procédure ordinaire devant la Chambre disciplinaire pour le dopage de Swiss Olympic.

Le cas de Wilson a peut-être été aggravé par la circulation sur Instagram ces derniers jours d'une vidéo - postée par son propre nouvel entraîneur - le montrant faire quelques exercices sur un terrain de football de Las Vegas en compagnie de Raymond Stewart, ancienne star du sprint devenue coach, mais suspendu à vie pour dopage de toute activité en lien avec des athlètes en 2010. Wilson s'est défendu en disant qu'il ne savait pas qui il était et qu'il l'avait rencontré par hasard.

Deux cas pas liés

Concernant la suspension du sprinter bâlois, Swiss Olympic de son côté dit n'avoir appris la procédure engagée contre lui qu'il y a quelques jours. L'organisation faîtière du sport "serait très déçue si la sanction venait à être confirmée", souligne-t-elle, alors que Kariem Hussein vient d'être suspendu pour neuf mois pour une violation des règles antidopage.

Les deux cas ne sont pas liés et ne peuvent être comparés, affirme Swiss Olympic. "Ils montrent cependant que les fédérations sportives internationales et nationales ne doivent faire aucune concession dans la lutte contre le dopage".

Alex Wilson a récemment fait les gros titres après avoir été crédité de deux chronos hallucinants lors d'un meeting aux Etats-Unis (9''84 sur 100 m, un temps qui aurait été synonyme de record d'Europe, et 19''89 sur 200 m). Ces deux performances n'ont pas été homologuées en raison de divers manquements dans les installations techniques du petit stade de Marietta et d'un système de vérification des départs inexistant.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00