La Liberté

Acteurs asiatiques pour les prix d'interprétation à Cannes

Song Kang-ho, ici après la projection de 'Broker (Les Bonnes Etoiles) jeudi, a reçu le prix d'interprétation masculine. © KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN
Song Kang-ho, ici après la projection de 'Broker (Les Bonnes Etoiles) jeudi, a reçu le prix d'interprétation masculine. © KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN
L'actrice iranienne Zar Amir Ebrahimi, qui a dû quitter l'Iran pour la France en 2008 à la suite d'un scandale sexuel, a été couronnée du prix d'interprétation féminine pour son rôle dans le thriller d'Ali Abbasi "Les nuits de Mashhad". L'actrice s'est exprimée en farsi en recevant son prix. © KEYSTONE/EPA/GUILLAUME HORCAJUELO
L'actrice iranienne Zar Amir Ebrahimi, qui a dû quitter l'Iran pour la France en 2008 à la suite d'un scandale sexuel, a été couronnée du prix d'interprétation féminine pour son rôle dans le thriller d'Ali Abbasi "Les nuits de Mashhad". L'actrice s'est exprimée en farsi en recevant son prix. © KEYSTONE/EPA/GUILLAUME HORCAJUELO


Publié le 28.05.2022
Partager cet article sur:


L'Asie a fait mains basses sur les prix d'interprétation féminine et masculine du 75e Festival de Cannes. Le jury a consacré samedi la star sud-coréenne Song Kang-ho et l'actrice iranienne Zar Amir Ebrahimi.

Zar Amir Ebrahimi, qui a dû quitter l'Iran pour la France en 2008 à la suite d'un scandale sexuel, a été couronnée samedi du prix d'interprétation féminine pour son rôle dans le thriller d'Ali Abbasi "Les nuits de Mashhad".

L'actrice s'est exprimée d'abord en farsi en recevant son prix. "Ce soir j'ai le sentiment d'avoir eu un parcours très long avant d'arriver ici sur cette scène (...) un parcours marqué par des humiliations", a-t-elle dit, remerciant la France de l'avoir accueillie.

Dans ce thriller à la sauce David Fincher au pays des mollahs qui raconte l'assassinat de prostituées par un fou de Dieu, elle incarne une journaliste en quête de vérité mais confrontée au machisme d'une société iranienne patriarcale.

"Ce film parle des femmes, de leur corps, ce film est rempli de haine, de mains, de seins, tout ce qu'on ne peut montrer en Iran. Merci Ali Abassi d'avoir été si fou, si généreux. Merci de cet art si puissant", a-t-elle déclaré, visiblement émue.

Née à Téhéran où elle a grandi, elle s'est produite au théâtre et a tenu des rôles importants dans des téléfilms et des séries. Sa carrière a été brutalement interrompue en 2006 à cause d'un scandale sexuel.

Scandale qui la force à quitter son pays pour la France en 2008. "Je suis condamnée à la liberté en France, je voudrais que ma famille soit fière de moi ce soir comme je suis fière de mes parents", a-t-elle encore dit.

"Les bonnes étoiles"

Le prix d'interprétation masculine est allé au sud-coréen Song Kang-ho, 55 ans, pour son rôle dans "Les bonnes étoiles" du Japonais Hirokazu Kore-Eda.

Acteur fétiche de son compatriote Bong Joon-ho, et star de son film "Parasite", Palme d'Or 2019, il joue dans ce film de Kore-eda un homme impliqué dans un trafic de bébés, qui va former une petite famille de bric et de broc autour de lui.

"Je suis très heureux pour toute ma famille", a-t-il sobrement déclaré en recevant son prix à Cannes.

Dans le film, son personnage criblé de dettes découvre un bébé abandonné et se porte volontaire pour lui trouver une nouvelle famille, en échange d'argent.

Autour de lui, gravitent un autre homme qui l'aide dans la "transaction" et la jeune mère, dont les motivations restent longtemps opaques.

La vente du bébé va se transformer en voyage entre Busan et Séoul, dans un van décati.

Song Kang-ho s'attendait à une direction d'acteurs "méticuleuse et calculée" de Kore-eda. "Mais il nous a vraiment respectés et a fait ressortir nos émotions d'une manière qui soit vraiment libre, bienveillante et inépuisable", a-t-il raconté début mai à Séoul.

En 25 ans de carrière, Song Kang-ho a tourné avec nombre de réalisateurs sud-coréens dont Park Chan-wook ("Thirst, ceci est mon sang", 2009, "Sympathy for Mr. Vengeance" 2003) et Bong Joon-ho ("Memories of a Murder" 2004, "the Host" 2006, avant "Parasite").

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00