La Liberté

Gare au «tourisme mycologique»

Le Conseil d’Etat fribourgeois est contre l’augmentation du poids autorisé lors de la cueillette de champignons que réclament la PLR Christine Jakob et l'ancien député UDC Roger Schuwey.

Deux députés fribourgeois veulent augmenter de 2 à 4 kilos le poids autorisé lors de la cueillette de champignons. © Vincent Murith
Deux députés fribourgeois veulent augmenter de 2 à 4 kilos le poids autorisé lors de la cueillette de champignons. © Vincent Murith

NM

Publié le 21.01.2022
Partager cet article sur:

Déposée en septembre dernier, leur motion suggère de remonter le plafond légal de 2 à 4 kilos par personne et par jour, toutes espèces confondues. Les deux parlementaires écrivent: «Il a été prouvé que la récolte des champignons ne nuit pas à la forêt». Mais selon sa réponse rendue publique vendredi, le Conseil d'Etat ne partage pas cette opinion. Il recommande donc au Grand Conseil de refuser cette proposition.

Le pouvoir cantonal rappelle: «C’est en automne 1974 que les premières restrictions ont été instaurées par le Conseil d’Etat à la suite d’une intervention de la députation fribourgeoise qui s’inquiétait de la récolte abusive de champignons pratiquée dans le canton». La réserve mycologique de La Chanéaz, située sur le territoire de la commune de Montagny, a été créée dans la foulée, et un projet de recherches lancé par le canton de Fribourg. Celui-ci a ensuite été repris par l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), basé dans le canton de Zurich.

Le Gouvernement indique: «Les études menées à La Chanéaz n’ont pas abouti à une évidence scientifique imposant des limitations de récolte, même si la question du nombre de spores nécessaires à la survie à long terme des espèces reste encore ouverte. En revanche, le piétinement du sol forestier a été identifié clairement par l’étude comme une source de diminution de la formation des champignons (sporomes). Le dérangement de la faune constitue également un impact négatif de cette activité sur le biotope forestier».

Aux yeux de l’Exécutif, 2 kilos par jour, c’est donc suffisant. Le canton voisin de Berne a d’ailleurs fixé une limite identique. Le Conseil d’Etat insiste: «Augmenter cette quantité servirait principalement les intérêts lucratifs de quelques-uns et intensifierait la pression de récolte sur les surfaces favorables aux champignons, ce qui est contraire au principe d’une répartition équitable d’un produit forestier gratuit et qui doit rester accessible à tous. Elle ouvrirait également la porte à un «tourisme mycologique» qui n’est pas souhaitable». Le parlement devra trancher.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00