La Liberté

Ce qu’il nous restait de libido

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le Tour de France, au temps du sexisme et de la reproduction sexuée. © DR
Le Tour de France, au temps du sexisme et de la reproduction sexuée. © DR
Partager cet article sur:
22.08.2020

jean Ammann

Chronique » Pas de Froome, pas de Geraint Thomas, pas de gonzesses. Et on voudrait que je regarde le Tour de France! Ils voudraient nous dégoûter du sport qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. A la limite, je peux me passer de Froome et de Thomas, mais pas des gonzesses. Je suis à un âge où les défaillances de la libido se mêlent aux inquiétudes de la prostate (à moins que ce ne soit l’inverse). J’ai l’âge sous la ceinture.

Je comprends pour Froome et Thomas, ils sont hors de forme. Mais les miss du podium, c’était tout le contraire.

Enfin, bon, il faut se faire une raison: nous ne verrons plus ces êtres curvilignes se lover contre le champion pour déposer un baiser écarlate sur cette joue au parfum d’Isostar. C’était la récompense du héros, l’équivalent des mille vierges promises a

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00